Les News du Teflon

09 janvier 2023

La qualité des produits

L'impact de l'agglomération sur la qualité des produits a reçu beaucoup moins d'attention que son impact sur la productivité, malgré l'importance de la qualité comme condition préalable au développement économique. Cette colonne utilise des données au niveau des produits végétaux du secteur manufacturier japonais pour évaluer les effets de l'agglomération urbaine sur la qualité des produits. Les résultats suggèrent que les allégements fiscaux des États et des municipalités, ainsi que d'autres efforts publics pour attirer les entreprises, renforcent la compétitivité économique en améliorant la qualité des produits ainsi que la productivité.
Les effets d'amélioration de la productivité de l'agglomération industrielle ont suscité une grande attention dans les cercles politiques. Par exemple, le gouvernement français a dépensé 1,5 milliard d'euros pour la politique des « pôles de compétitivité » à la fin des années 2000 (Martin et al. 2011). Selon Nishimura et Okamuro (2011), le gouvernement japonais a investi 110 milliards de yens (environ 1,1 milliard de dollars) dans un « projet de grappe industrielle » de 2001 à 2005. Des preuves empiriques suggèrent que la productivité au niveau régional augmente de 3 à 8 % lorsque la taille du marché est doublé (Banque mondiale 2009).
Par rapport à l'attention considérable des recherches sur les influences de l'agglomération sur la productivité (par exemple Saito et Gopinath 2009), ses effets sur la qualité des produits n'ont pas été suffisamment pris en compte. La qualité des produits est largement considérée comme une condition préalable au développement économique à l'ère de la mondialisation (Amiti et Khandelwal 2013). Pour entrer dans n'importe quel segment à forte intensité de compétences de la matrice de production fragmentée au niveau international, par exemple, même les pays développés amélioreront la qualité des biens intermédiaires qu'ils offrent (par exemple, Timmer et al. 2014 ; voir Hayakawa et al. 2015 pour l'amélioration de la qualité dans Pays en voie de développement).
Dans une étude récente, nous utilisons des données au niveau des produits végétaux provenant de l'industrie japonaise pour évaluer les effets de l'agglomération urbaine sur la qualité des produits (Saito et Matsuura 2016). Nos résultats suggèrent fortement que les allégements fiscaux des États et des municipalités et d'autres efforts publics pour attirer les entreprises améliorent la compétitivité économique en améliorant la qualité des produits ainsi que la productivité. En d'autres termes, les gains de productivité utilisés pour projeter les bénéfices d'agglomération sous-estiment les bénéfices en ignorant les incitations de qualité accompagnant un choc de productivité. Par conséquent, les entreprises accordant une grande priorité à l'amélioration de la qualité seront sous-subventionnées ou négligées dans les politiques favorisant l'agglomération, sacrifiant la croissance de l'emploi ou les recettes fiscales dans la région d'accueil.
Analyse théorique
En partie par souci de cohérence avec les représentations antérieures de la qualité du produit, nous étendons le cadre de la demande logit de Berry (1994) en introduisant une dimension de la qualité du produit dans la prise de décision stratégique de l'entreprise. La qualité est définie comme un levier de la demande qui stimule la propension à payer des consommateurs. Si un bien est perçu comme étant de meilleure qualité qu'un autre, sa demande est plus importante même si les deux ont le même prix.
Dans notre étude, la qualité du produit est variée par un ajustement approprié des coûts marginaux et fixes de l'entreprise. Antoniades (2015) soutient que l'investissement en recherche et développement (R&D) - affectant les dépenses fixes de l'entreprise - est l'ingrédient clé du type d'innovation qui améliore la qualité. En revanche, Fan et al. (2015) expliquent que c'est une utilisation intensive des intrants, et donc un coût marginal élevé, qui est responsable de la croissance de la qualité de la production.
Nous constatons que puisque les économies d'agglomération - modélisées comme les externalités améliorant la productivité - réduisent les coûts marginaux et augmentent les produits marginaux, et puisque chaque dollar de production supplémentaire offre plus d'intrants, les entreprises urbaines commercialiseront à la fois des produits plus nombreux et de meilleure qualité que les entreprises rurales. En d'autres termes, les économies d'agglomération stimulent les profits des entreprises directement en améliorant la productivité et indirectement en améliorant la qualité des produits (graphique 1).
La qualité des produits a également des implications importantes pour la mesure des avantages de l'économie d'agglomération. Des études antérieures, dans le cadre des efforts visant à prédire l'efficacité des politiques qui attirent l'agglomération, ont souvent examiné leurs impacts sur la productivité totale des facteurs (PGF). Cependant, si l'amélioration de la qualité nécessite une utilisation accrue des intrants, la PTF sous-estime les avantages de l'agglomération car elle ne tient pas compte des contributions des avantages à l'amélioration de la qualité. En d'autres termes, les preuves empiriques basées sur la PTF des économies d'agglomération sont sous-estimées si les entreprises accordent une grande priorité à l'amélioration de la qualité.
Analyse empirique
La conclusion théorique selon laquelle la qualité du produit s'améliore avec la taille du marché nous motive à explorer empiriquement la relation entre la taille du marché régional et l'amélioration de la qualité. Ce faisant, nous suivons Khandelwal (2010) pour estimer la qualité des produits dans chaque usine, en utilisant des données au niveau des produits de l'usine dans le secteur manufacturier japonais.
Le Recensement des manufactures, publié par le ministère japonais de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie (METI), est la principale source de données de cette étude. À l'aide de ses microdonnées, nous construisons un panel de produits végétaux individuels de 1994 à 2007. Quant aux variables de taille de marché, à la suite d'études antérieures sur l'agglomération, nous considérons deux types d'externalités : les économies de localisation et les économies d'urbanisation. Les économies de localisation d'une entreprise sont les externalités d'amélioration de la productivité dont elle bénéficie en raison de la concentration spatiale des entreprises dans son propre secteur, et ses économies d'urbanisation sont les économies dont elle bénéficie en raison de la concentration de toutes les entreprises de la région.
En régressant la qualité estimée des produits sur des variables reflétant la taille du marché régional, nous trouvons des preuves statistiquement significatives que les économies d'urbanisation améliorent la qualité des produits. Quantitativement, les impacts sur la qualité des agglomérations sont assez importants : un tiers à la moitié de la variation de qualité observée s'explique par les économies d'agglomération. De plus, les impacts d'agglomération sont plus prononcés pour les petites et moyennes entreprises, ce qui suggère qu'elles dépendent davantage des conditions économiques locales que leurs homologues plus grandes. Ces résultats sont robustes au biais de simultanéité - découlant des décisions des firmes produisant déjà un bien de qualité de se relocaliser en ville - entre la taille du marché et les chocs économiques non observés sur la qualité des produits végétaux (Picard et Okubo 2012).
Parallèlement à la constatation que les économies d'urbanisation ont des impacts positifs et statistiquement significatifs sur la part de marché d'un produit, nos preuves empiriques suggèrent que la qualité du produit et la part de marché augmentent avec la taille du marché.
Conclusion
Nous constatons que les politiques visant à attirer de nouvelles entreprises dans une zone de marché peuvent avoir de très fortes implications sur la qualité des produits. Les nouveaux arrivants dans une zone urbaine sont incités à allouer leurs avantages d'agglomération à la qualité ainsi qu'à la productivité. Cet avantage supplémentaire peut constituer une incitation supplémentaire à s'agglomérer, intensifiant les avantages dont bénéficient les opérateurs historiques du marché et renforçant la rétroaction positive de l'externalité.
Pour améliorer l'efficacité des subventions d'agglomération, les décideurs doivent accorder une plus grande attention au type d'industries qu'ils souhaitent attirer. Dans ceux où l'amélioration de la qualité nécessite une utilisation accrue des intrants, la PTF sous-estime les avantages de l'agglomération en ignorant les incitations qu'elle fournit pour améliorer la qualité. Tant qu'elles sont basées uniquement sur les gains probables de PTF des entrants, les subventions d'agglomération seront donc biaisées en faveur des industries dans lesquelles la qualité n'est pas une préoccupation principale. Les politiques de marché géographique seront moins performantes tant qu'elles ne prendront pas en compte la dimension qualité de l'agglomération, permettant un juste équilibre entre les facteurs de qualité et de productivité qui maximisent la compétitivité globale.

Posté par louisleteflon à 07:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]


26 septembre 2022

Sensibiliser à la préservation des dauphins

Les dauphins sont n'importe laquelle des baleines à dents appartenant à la famille des mammifères Delphinidae (dauphins océaniques) ainsi qu'aux ménages Platanistidae et Iniidae, qui contiennent tous deux les dauphins de rivière. Parmi les quelque 40 types de dauphins de la famille Delphinidae, 6 sont communément appelés baleines, par exemple l'orque et les baleines initiales. Le nom de dauphin est également attribué aux membres du genre de poisson Coryphaena (famille des Coryphaenidae).

La plupart des dauphins sont petits, mesurant moins de 3 mètres (10 pieds) de long, et ont un corps fusiforme, un museau en forme de bec (rostre) et des dents simples en forme d'aiguille. Beaucoup de ces cétacés sont occasionnellement appelés marsouins, mais les scientifiques veulent utiliser ce terme comme nom fréquent pour les six types de la famille des Phocoenidae, qui se distinguent tous des dauphins par leur museau émoussé et leurs dents en forme d'aiguille.

Les dauphins sont réputés pour leur sophistication, leur intelligence, leur espièglerie et leur gentillesse envers l'homme. Les espèces les plus connues sont le dauphin populaire et le grand dauphin (Delphinus delphis et Tursiops truncatus, respectivement). Le grand dauphin, caractérisé par un "sourire intégré" créé par la courbure de sa bouche, est devenu un acteur familier dans les océanariums. Il fait également l'objet d'études scientifiques en raison de ses connaissances et de son pouvoir de communication par le biais d'une gamme d'impulsions sonores et ultrasoniques. Il s'adapte beaucoup mieux à la captivité que le dauphin commun, qui est timide. En outre, le grand dauphin possède le plus long espace de mémoire sociale de toutes les espèces non humaines ; plusieurs membres de l'espèce pouvaient reconnaître les sifflements uniques des dauphins auxquels ils étaient autrefois associés, au moins 20 ans après en avoir été séparés. Les grands dauphins ont montré la capacité de comprendre leurs réflexions dans plusieurs expériences, ce qui suggère un diplôme de conscience personnelle. Cette capacité n'a été observée que chez les primates supérieurs et quelques autres variétés d'animaux.

La Society of Marine Mammalogy recense 41 espèces distinctes de dauphins, dont neuf sont considérées comme vulnérables par l'UICN, la loi sur les espèces menacées d'extinction (ESA) ou les deux, et une qui est peut-être déjà éteinte. L'UICN considère comme vulnérables le dauphin du fleuve Yangtze, le dauphin à bosse de l'Atlantique, le dauphin de l'Asie du Sud, le dauphin de l'Amazone, le dauphin de l'Irrawaddy, le dauphin à bosse de l'océan Indien et le dauphin d'Hector, tandis que l'ESA inclut également l'orque et le faux orque. En outre, toutes les populations de dauphins en danger peuvent être inconnues ou supposées en diminution.

La majorité de ces variétés sont océaniques, voir les dauphins tandis que quatre seulement sont considérées comme des dauphins de rivière. Comme c'est le cas avec tous les mammifères marins, les dauphins sont également protégés par la Loi sur la sécurité des mammifères marins, qui les gardera protégés d'être chassés, capturés ou tués dans les eaux américaines.

Bien que l'on pense universellement qu'il s'agit de l'un des cétacés les plus vulnérables de la planète, de nombreux scientifiques maintiennent que le dauphin du fleuve Yangtze, également connu sous le nom de baiji, s'est éteint en 2007. Jusqu'en 2006, le statut de ce dauphin d'eau douce évasif n'avait pas été exploré depuis que la population comptait 13 individus dans les années 1990. En 2006, une enquête intensive d'une demi-douzaine de jours n'a trouvé aucune preuve de la survie de l'espèce, ce que les chercheurs ont relié à une combinaison de construction de barrages et d'enchevêtrement de prises accidentelles4 ? S'il venait à disparaître, le baiji symboliserait la première extinction mondiale d'un grand vertébré depuis 50 ans, la quatrième extinction de toute la famille des mammifères depuis 1500 après J.-C., ainsi que le premier cétacé à être poussé vers l'extinction par l'homme.

Posté par louisleteflon à 18:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 septembre 2022

Mieux maitriser le VIH

L'aide au développement axée sur la santé se concentre essentiellement sur le VIH/sida. Cette chronique soutient que cette concentration néglige les questions démographiques essentielles et dégrade les infrastructures de santé, en particulier en Afrique subsaharienne. La règle première de l'aide au sida devrait être "D'abord, ne pas nuire".
Depuis la conférence du Caire de 1994 sur la population et le développement, les droits des femmes en matière de santé reproductive ont fait l'objet d'une attention particulière. Et des progrès semblent avoir été accomplis dans le monde entier, à en juger par les statistiques mondiales globales sur la santé génésique (voir Ross et al. 2005).
Ce succès apparent semble avoir rendu les conseillers politiques et les défenseurs des droits trop confiants dans le fait que les niveaux de fécondité et la santé maternelle ne sont plus un problème. Ils ont changé de cap pour se concentrer presque exclusivement sur le VIH/SIDA, qui n'a reçu que 7 % des fonds du pacte du Caire de 1994.
L'investissement dans la santé devrait être un acte d'équilibre délicat, mais la figure 1 rend le déséquilibre actuel éminemment clair. Pratiquement toute l'attention et tous les efforts vont désormais au VIH/SIDA. Juste après la conférence du Caire, la situation était tout à fait inverse. Les pays donateurs de l'OCDE allouaient 54 % de leurs fonds affectés à la planification familiale, 15 % aux soins de santé génésique et 10 % au VIH/SIDA. Les investissements dans la santé maternelle se retrouvent en grande partie dans le système des Nations Unies sous les rubriques de la santé génésique et du planning familial.
Les soins de santé maternelle à l'arrière-plan de l'esprit et du cœur des donateurs
Le VIH/sida évince presque totalement les fonds destinés à la santé maternelle. En 2005, le VIH/sida a reçu 72 % des 6,8 milliards de dollars de financement total des donateurs, et cette évolution ne semble pas devoir s'inverser dans un avenir proche. Les organisations d'aide sont toujours engluées dans la vieille rhétorique de l'aide au développement qui consiste à "déplacer l'argent". La réunion de haut niveau sur le sida organisée par les Nations unies en 2008 en est une autre illustration. Le scénario de l'accès universel d'ici 2010 nécessite des ressources comprises entre 27 et 43 milliards de dollars en 2010 et entre 35 et 49 milliards de dollars en 2015. Pour combler ce fossé, il est indiqué que les engagements actuels des donateurs internationaux doivent être respectés et que de nouveaux engagements doivent être pris.
Bien sûr, une grande partie de l'attention et de l'argent va à l'Afrique subsaharienne, mais même ici, on aimerait voir une approche d'investissement plus équilibrée. Soixante-treize pour cent de l'aide des donateurs transférée à l'Afrique subsaharienne est allouée au VIH/SIDA (calculé sur la base de la base de données UNFPA/ONUSIDA/NIDI). En d'autres termes, les soins de santé maternelle sont passés au second plan dans l'esprit et le cœur des donateurs.
Le principal moteur de ce résultat déséquilibré est un mélange de :
une réelle préoccupation pour le VIH/SIDA,
le traitement déséquilibré du planning familial dans les objectifs de développement du millénaire,
l'idée confortable mais naïve que la fécondité va ralentir par sa propre dynamique interne, et
la domination écrasante des États-Unis qui font valoir leurs propres priorités dans les programmes de santé mondiaux (van Dalen et Reuser, 2006).
La domination est rarement saine, en privé comme dans les affaires publiques, car les valeurs religieuses continuent de jouer un rôle dominant dans l'allocation des fonds des donateurs (van Dalen, 2008). En accord avec les donateurs, les gouvernements nationaux et les ONG d'Afrique subsaharienne ont alloué 77 % de leurs fonds au VIH/sida en 2005.
Accorder trop d'importance au VIH/sida nuit à la santé des Africains
Deux raisons principales expliquent pourquoi l'éviction des investissements dans la santé maternelle par le VIH/sida est inquiétante.
1) Les programmes de lutte contre le VIH/sida bénéficieraient considérablement d'une approche plus équilibrée, car les investissements dans la santé maternelle et la planification familiale sont au cœur des problèmes des pays subsahariens - des taux de croissance démographique élevés qui maintiennent de nombreux pays dans la pauvreté (Cleland et Sinding, 2005).
Dans la plupart des pays, l'indice synthétique de fécondité, c'est-à-dire le nombre total d'enfants prévu par femme, tourne autour de cinq, bien au-delà du taux de remplacement de 2,1 enfants. À en juger par les enquêtes sur la santé démographique réalisées dans les pays en développement, les taux de fécondité souhaités ont diminué plus rapidement au fil du temps que les taux réels. Cela se traduit par des niveaux élevés de besoins non satisfaits et des proportions importantes de naissances inopportunes ou non désirées. Une fécondité élevée entraîne des taux de croissance démographique rapides, ce qui exacerbe les pénuries en matière de soins de santé, d'éducation, de terres pour les agriculteurs et de tous les autres domaines publics de la vie.
La planification familiale pourrait atténuer certains de ces problèmes. Mais apparemment, ce n'est plus le sujet "brûlant" qu'il a été pendant si longtemps lors de nombreuses conférences sur la population. Des initiés à ces négociations affirment que le planning familial semble même être redevenu "moralement suspect" (Blanc et Tsui, 2005).
C'est d'autant plus regrettable que les preuves de progrès en matière de santé maternelle sont rares et que les investissements sont très nécessaires. Le risque de décès maternel au cours de la vie dans les pays en développement est toujours aussi élevé : 1 femme sur 61 meurt dans ces pays de causes liées à la grossesse, et les chiffres sont encore pires pour l'Afrique subsaharienne (1 femme sur 16 meurt), alors que dans le monde développé, le risque est de 1 sur 2800.
2) L'augmentation sans précédent des fonds consacrés au VIH/SIDA perturbe la politique budgétaire et les systèmes de soins de santé locaux, alors qu'un investissement plus équilibré dans la santé génésique et le VIH/SIDA permettrait d'utiliser l'infrastructure existante.
Les programmes verticaux comme le VIH/SIDA érodent les systèmes de soins de santé primaires dans les pays en développement. Les nouveaux fonds destinés au VIH/sida submergent les budgets de santé publique, dépassant dans certains cas 150 % de l'allocation totale du gouvernement aux soins de santé (Lewis, 2006).
Trop d'argent doit être dépensé en un temps trop court. Une telle situation, en particulier dans les conditions d'extrême pauvreté et de mauvaise gouvernance qui prévalent en Afrique subsaharienne, entraîne facilement le "débauchage" des travailleurs de la santé et des bureaucrates d'autres projets publics valables.
Les grands projets d'investissement "éléphants blancs" signalent aux donateurs que l'argent est dépensé, mais malheureusement, il ne l'est pas à bon escient. Lorsque les systèmes de gouvernance publique sont faibles, ces sommes importantes mais volatiles d'"argent facile" favorisent la corruption, le travail au noir et l'absentéisme dans la prestation des soins de santé (Banque mondiale, 2004).
L'aide étrangère non subordonnée à la bonne gouvernance peut être gravement préjudiciable aux institutions politiques. Les donateurs et les agences internationales devraient respecter le serment d'Hippocrate : ne pas nuire.
L'histoire de l'aide étrangère en Afrique subsaharienne n'est pas heureuse : l'action collective est un acte d'équilibre complexe et délicat. Consacrer d'importants budgets d'aide au VIH/sida est un cocktail délicat, et un mélange déséquilibré peut faire plus de mal que les donateurs ne l'imaginent. L'aide étrangère devrait être guidée non pas par des opinions éphémères et la charité, mais par des preuves et un véritable engagement, visant à trouver des solutions durables à long terme.

Posté par louisleteflon à 08:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 juin 2022

Des bateaux qui vont vite

Par définition, un yacht est un bateau de plaisance utilisé pour les loisirs, l'amusement et le plaisir. C'est pourquoi, les yachts sont souvent imaginés et représentés allongés à l'ancre dans des baies abritées, avec de jolies femmes bordant leurs ponts pendant qu'elles prennent un bain de soleil et se baignent ou deux pendant les heures les plus chaudes d'une journée d'été, dans des eaux cristallines et/ou dans un merveilleux jacuzzi avant de rejoindre le propriétaire pour un «coucher du soleil» alors que le soleil couchant disparaît dans la mer à l'horizon. Et aussi lorsque le yacht prend le large, lorsqu'il navigue, il y a toujours assez de temps pour lire un livre en se prélassant confortablement dans le cockpit peut-être, ou pour passer des moments conviviaux à discuter entre amis. Un yacht est souvent associé à un endroit confortable et bien aménagé sur l'eau, dans lequel se détendre et profiter de vacances «parfaites» à un rythme tranquille en bonne compagnie. C'est assez vrai pour beaucoup, mais pas pour tous ! En fait, il y a toute une gamme de propriétaires et de plaisanciers divers avec des goûts différents, comme ceux qui aiment la vitesse, les sensations qui y sont associées et l'adrénaline en rasant la surface ou en planant sur l'eau à 40, 50 nœuds selon la capacité du navire et l'état de la mer. Pour eux, catamaran un RIB (bateau pneumatique rigide) super puissant ou un croiseur rapide ouvert avec propulsion hydrojet et hélices de surface à haute vitesse contrarotatives pourrait être un choix évident. De manière générale on parle de bateaux de 15 à 18 mètres mais pas toujours ! En évoluant jusqu'à la taille des superyachts jusqu'à 24 mètres par exemple, il existe en fait plusieurs yachts capables de dépasser les 50 nœuds.

De toute évidence, une vitesse de 24 mètres à plus de 50 nœuds est très différente d'un yacht à déplacement classique utilisé pour la croisière. La silhouette, les lignes extérieures, l'aménagement extérieur et l'espace disponible sous les ponts seront tous différents. En d'autres termes, il s'agirait d'un méga-day cruiser ou d'un type méga-ouvert, qui conservera certaines de ses caractéristiques fonctionnelles, malgré sa taille considérablement plus grande et, dans l'ensemble, une utilisation beaucoup plus limitée, non seulement en termes de portée mais aussi en termes de temps. En fait, les propriétaires qui optent pour ce type de yachts rapides veulent atteindre les points de cheminement choisis, une petite baie, une petite île ou même un autre port dans les plus brefs délais afin de profiter de l'atmosphère et de tout ce que le spot nouvellement atteint a à offrir. Les propriétaires de ce type de yacht ne partiront généralement pas pour des croisières prolongées au sens classique du terme mais opteront probablement pour des croisières à la journée et reviendront au point de départ le jour même, ou après un week-end peut-être à deux ou avec un tout au plus un couple d'amis.

On retrouve ainsi des méga-day cruisers ou des méga open privilégiant le « living » en plein air de jour, tandis que les hébergements à l’intérieur sont limités en termes d’espace principalement en ce qui concerne les cabines. Évidemment, l'ensemble de l'aménagement intérieur ne pénalise en aucun cas l'exclusivité et la raison d'être du yacht, où vous pourrez profiter d'un grand confort et d'un luxe en plus de toutes les caractéristiques et incontournables. nantis qui vont avec des yachts de taille et de coût considérables tels que les suivants.

Jetons donc un coup d'œil à plusieurs exemples de yachts qui remplissent les exigences mentionnées, puis nous nous arrêterons pour examiner une proposition intéressante d'une paire de jeunes concepteurs de projets prometteurs qui ont réinterprété un yacht super rapide de 24 mètres qui est assez grand pour toujours être un confortable haut de gamme capable d'offrir tous les avantages qui vont normalement avec le genre. Nous avons sélectionné 4 yachts divers capables de dépasser les 50 nœuds qui représentent différentes manières d'interpréter leur polyvalence.

Mangusta 80
Le modèle phare d'Overmarine de Viareggio Italie est le Mangusta 80, il se classe comme un yacht super rapide tout en étant esthétiquement le plus conventionnel des quatre. Le style d'un yacht à moteur à la fois chic et sportif est là, tout comme les lignes fluides attrayantes qui composent une silhouette agréable de la proue à la poupe. Et possède, comme souvent dans les grands yachts à moteur, une poupe bien abritée cockpit / salon niché à l'arrière du roof situé au milieu du bateau où se trouvent le principal salon / salle à manger et le poste de commande de barre. L'aménagement intérieur offre de grands espaces et quatre cabines avec salle de bain. Evidemment le déplacement est légèrement pénalisé, c'est le plus gros des quatre yachts que nous examinons.

Magnum Marine 80
Malgré la taille Magnum Marine 80 est bien un Magnum ou un classique open toujours à la pointe des modèles US.

Comme dans chaque Magnum, la séparation entre l'extérieur et l'intérieur sous le pont est nette. Nous avons donc là un très grand cockpit largement ouvert, tandis que tout le reste se trouve sous les ponts.

En ce qui concerne les performances, le magnum 80 continue de livrer beaucoup selon la tradition et est le plus puissant en termes de puissance et le plus rapide des quatre sélectionnés.


Novamarine Noir Shiver 220
Novamarine est un fabricant renommé de NERVURES de toutes tailles. Black Shiver 220 est le modèle de près de 24 mètres capable de 50 nœuds qui est resté fidèle à la firme Style classique. De larges tubes gonflables latéraux s'habillent et se fondent dans un style vraiment sportif et agressif. Comme dans chaque RIB, la part du lion revient aux zones extérieures grâce à un grand espace de bronzage avec de nombreuses places assises bien réparties. Les intérieurs sont également spacieux : il y a deux cabines, une salle de bain, une cuisine et un espace équipage séparé qui rendent ce semi-rigide très confortable à tous les niveaux.

Wally Puissance 80
Wally Power 80 conserve également son style unique qui a été la principale caractéristique du chantier dans chaque yacht à moteur du chantier de Luca Bassani. En un mot, nous avons donc ici « Stealth » qui est tout simplement exemplaire d'intérieurs linéaires pratiques et de minimalisme, avec des charges de technologie constructive de haut niveau. Tout cela, c'est Wally, tout comme Wally Power 80.

bateau (4)

Posté par louisleteflon à 16:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 mai 2022

L'évolution de la politique monétaire américaine et européenne

Alors qu'un nouvel accord de type Bretton Woods est hautement improbable, les États-Unis et l'Europe devraient aider à mettre à jour le système monétaire existant avec un nouvel ensemble de meilleures pratiques et normes.
Bon nombre des normes de politique monétaire apparemment «établies» sont en fait assez récentes, apparues depuis l'effondrement du système de Bretton Woods dans les années 1970. Ces normes comprennent le ciblage de l'inflation, l'indépendance de la banque centrale de l'autorité politique et la séparation de la politique monétaire de l'activité réglementaire telle que la surveillance bancaire. L'orthodoxie des banques centrales a également, jusqu'à récemment, largement ignoré les effets de «retombées» internationaux de la politique monétaire.
La crise financière de 2008-2009 et ses conséquences ont changé la donne. La politique monétaire a été recrutée pour aider les gouvernements à stabiliser les marchés financiers et à rétablir la liquidité. Et les hypothèses conventionnelles sur la primauté de la responsabilité des banques centrales en matière de stabilité des prix ont été remises en question, car l'assouplissement quantitatif (QE) s'est révélé moins inflationniste qu'on ne le craignait. En effet, huit ans après la crise, le taux d'inflation - le principal moteur de la politique monétaire sous l'ancien régime - reste constamment bas dans la plupart des grandes économies.
Dans ce contexte, les États-Unis sont confrontés à des défis uniques. Le statut du dollar comme monnaie de réserve mondiale signifie que les décisions de la Réserve fédérale américaine ont souvent des ramifications internationales. Les marchés émergents sont de plus en plus exposés aux retombées de la politique américaine, à mesure que la mondialisation rend leurs économies et leurs systèmes financiers plus interdépendants et que la finance devient de plus en plus importante par rapport à d'autres activités économiques.
En Europe, les problèmes de l'euro reflètent des lacunes similaires à celles qui ont miné le système de Bretton Woods en 1944. Lancé en 1999, l'euro était en fait une tentative de maintenir des taux de change fixes entre les États membres. Cependant, les concepteurs de la monnaie unique ont sous-estimé la difficulté de maintenir un tel système dans plusieurs économies nationales, chacune avec des profils de croissance et des politiques budgétaires différents. Les problèmes structurels de l'euro ont été exacerbés par le passage séculaire d'un monde de banques centrales politiquement «asservies», comme il existait avant la création de la Banque centrale européenne (BCE), au système actuel dans lequel la BCE est hautement indépendante.
Malgré les tensions actuelles sur le système monétaire, un consensus sur un nouveau cadre international formalisé dans le moule de Bretton Woods est peu probable. Un résultat plus plausible est le développement organique d'un nouvel ensemble de normes articulant des principes à la fois pour les mécanismes par lesquels les banques centrales poursuivent la stabilité des prix et pour la gouvernance des banques centrales elles-mêmes. Les États-Unis et l'Europe devraient être à l'avant-garde de ce processus. Ils devraient façonner de manière proactive les nouvelles normes pour garantir qu'elles répondent aux défis du paysage économique actuel en évolution.

Posté par louisleteflon à 08:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 mars 2022

Le véritable McBeth

Dans les clans écossais, la tanistique était le dispositif de succession qui a élu la personne la plus digne parmi les personnes éligibles comme souverain. Contrairement au processus féodal de primogéniture, l'endroit où l'héritier était le fils aîné de la tête antérieure, il en résulta que personne ne pouvait hériter. Le successeur choisi était pour cette raison susceptible d'être complètement mature, sage et impitoyable pour gouverner correctement. Même s'il avait ses avantages, il y avait clairement un seul inconvénient clé. Ceux qui s'imaginaient qu'ils auraient dû être sélectionnés ont vu leur nez éloigné des articulations et se sont souvent rebellés et visaient à évincer la toute nouvelle tête. Ainsi, le nouveau suzerain avait tendance à massacrer tous ceux qui risquaient de compromettre son plan. Le pouvoir d'un précurseur dépendait de son groupe de musique de guerre - tous ces jeunes hommes qu'il pouvait attirer dans sa bannière pour s'adresser à lui. Il parcourrait son territoire ensemble, plus belles villes du monde acceptant les hommages et la subsistance de son sujet. Il pourrait améliorer son territoire s'il rencontrait un autre groupe de musique de guerre et le conquiert. C'était le globe dans lequel Macbeth est venu vers 1005. À ce stade, Alba (Écosse d'âge moyen) était composée de mormaerdoms, plus tard dans les comtés, et le papa de Macbeth était le Mormaer de Moray, le plus grand et le plus puissant, dans lequel territoire s'étendait à travers le nord de l'Écosse et englobait une grande partie des montagnes Grampian. Le nord était Caithness et Sutherland déterminés par Sigurd, le seigneur viking des Orcades, car leur sphère d'affection comprenait les îles européennes. Au sud, placez le 2ème mormaer le plus fort d'Alba: Crinan d'Atholl. Le territoire du Maître supérieur s'étendait à travers l'Écosse au nord dans le Forth ou plus haut le littoral oriental et gardait des mormaers réduits qui lui rendaient hommage. Malcolm II est né en 954 et a régné de 1005 à 1034. Il a voulu mettre en succession par primogéniture, mais il n'a connu aucun bénéficiaire masculin. Il a confié ses trois filles aux pionniers de Moray, Atholl et Orkney et il a rassemblé leurs fils - Duncan of Atholl, Macbeth of Moray et Thorfinn of Orkney - dans sa salle d'audience pour les protéger de la féroce politique nationale de l'époque. Thorfinn a été le premier à abandonner, après que son père Sigurd a été détruit au combat - combattant Brian Boru, Grande Reine d'Irlande. Thorfinn a été installé à Caithness et Sutherland, néanmoins les îles sont restées avec tous les comtes des Orcades. Après, ce fut en fait le tour de Macbeth. À l'âge de 15 ans, son père a été tué par ses neveux. Ils ont régné successivement jusqu'au deuxième des neveux, Gillecomgan, a été étonné par un groupe de guerre d'Atholl, probablement envoyé par Malcolm. Lui et 50 de ses messieurs ont en fait été assassinés. Son partenaire Gruach, qui possédait un jeune enfant, Lulach, s'est échappé. Agé de 23 ans, Macbeth a été facilement élu Mormaer de Moray en 1032. Il a attelé Gruach. La relation était dynastique; elle était la petite-fille de Kenneth III, détruite par Malcolm qui lui est devenu populaire. Au fil des ans, Malcolm avait éliminé la majorité des proches de son prédécesseur et Gruach avait fourni un lien de flux sanguin avec une ancienne marque de rois qui a offert à Macbeth d'acquérir s'il devait avoir une chance de devenir un roi plus élevé. Il a également utilisé Lulach. Macbeth était élevé, acceptable et nouveau. Lui et Gruach n'ont pas connu de jeunes enfants, bien que, semble-t-il, «il n'y avait aucune manifestation de pression dans leur mariage».

 

Posté par louisleteflon à 10:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 février 2022

La Coupe du monde annonce une nouvelle Corée

L'euphorie des fans dont l'équipe remporte un événement sportif majeur est éphémère. Mais, d'éminents professeurs dans les universités coréennes me disent que le succès sans précédent de l'équipe coréenne dans la compétition actuelle de Coupe du monde provoque un tournant dans les attitudes coréennes envers leur propre société et économie. Pourquoi?
De nombreux Coréens, en particulier ceux qui ont étudié ou vécu en Occident, se plaignent du "copinage" et de l'importance qui en résulte des "relations" dans tous les domaines de la vie coréenne, qu'ils considèrent comme des caractéristiques omniprésentes de la société coréenne. Ils affirment qu'un tel copinage rampant empêche la Corée de rattraper économiquement l'Occident, malgré le fait que la Corée aura bientôt autant de capital humain que les pays occidentaux.
Pour comprendre le copinage coréen, nous devons le voir comme un aspect d'un ensemble de conventions sociales connexes. Les Coréens acceptent un sentiment de connaître sa place dans la société qui semble extrême aux Américains. Dans les interactions sociales, ainsi que dans les relations commerciales, les Coréens maintiennent une hiérarchie qui semble peser plus sur l'âge que sur les performances.

Posté par louisleteflon à 15:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 décembre 2021

Les meilleurs beers gardens de New York

Rien de plus typique de New York que de trouver un endroit pour boire à l’extérieur alors que le temps se réchauffe. Finis les jours de descente dans un bar sombre tout en se réchauffant des températures glaciales de l'hiver.

À New York, l'été est synonyme de cocktails pétillants, de frosé et de temps passé au grand air, absorbant les journées et les nuits chaudes.

Dans de nombreux cas, cela signifie un bar sur le toit (et il y en a plein de bons). Mais vous pouvez aussi boire les longues journées d'été au rez-de-chaussée dans les nombreux jardins de la ville - bateaux, péniches ou mini-golf…

Voici quelques-uns des meilleurs endroits où boire un verre à l’extérieur sans ascenseur.

Maison Premiere, Williamsburg
Des lampes suspendues aux treillis couverts, du sol de galets et de la verdure débordante tout autour, vous aurez l’impression que vous avez été transporté dans une cour arrière de la Nouvelle-Orléans. Et entre le service de l’absinthe et les cocktails comme À À la Louisiane (avec Wild Turkey Rye, vermouth, Bénédictine, Peychaud et absinthe) - et mange comme des huîtres et du gombo aux fruits de mer - vous ne voudrez plus jamais "revenir" à New York.

A trouver: Maison Première, 298 Bedford Ave, Brooklyn

Brooklyn Crab, Crochet Rouge
Prenez une bière ou une margarita glacée et installez-vous pour un jeu compétitif (mais convivial) de mini-golf ou de trou à maïs dans le café en plein air, appelé Reed Park. Asseyez-vous à l'une des tables de pique-nique lorsque vous vous sentez fatigué et dégustez un bol de piment de palourde de Nouvelle-Angleterre avec des crabes, des moules et du bacon, ou un rouleau de crabe des neiges avec aïoli de cholula et ciboulette à l'orange.

À trouver: crabe de Brooklyn, 24 Reed St, Brooklyn

Bohemian Hall Beer Garden, Astoria
Essayez une bière allemande ou tchèque dans cet immense brasserie en plein air du Queens et profitez de l'ambiance estivale chaleureuse depuis l'une des longues tables de pique-nique. Si vous avez faim, prenez une assiette de goulash de bœuf Pilsner, de schnitzel ou de «smazak» (un fromage frit, une spécialité tchèque).

À trouver: Bohemian Hall; Beer Garden, 29-19 24th Avenue, Queens

De nos jours, Ridgewood

Qui a besoin des chaises quand vous avez des hamacs? C’est la philosophie de ce bar en plein air qui ressemble plus à un parc où des boissons sont servies. Prenez l’une des huit bières rotatives Evil Twin Brewing à la pression (elles sont installées à quelques pâtés de maisons), http://www.in-newyork.fr et de la pastèque pour le dessert dans cet espace accueillant pour les chiens.

A trouver: De nos jours, 56-06 Cooper Avenue, Queens

Poêle à frire, Chelsea
La poêle à frire Lightship a été construite en 1929 et était en service pendant 30 ans avant d'être mise à la retraite, puis ramenée à la ville en 1989, selon le bar. Maintenant, le bateau transformé en bar est amarré en permanence du côté ouest de Manhattan et sert un bar complet et un menu (pensez rouleaux de homard et gâteaux au crabe) à son Pier 66 Maritime Bar & Grill les jours où la température dépasse 65 degrés à partir d'avril à octobre.

À trouver: Poêle à frire, Pier 66, West 26th Street, Manhattan

Boat Basin Cafe, l'Upper West Side
Admirez la vue sur le fleuve Hudson depuis ce patio et cette terrasse extérieurs situés dans l'Upper West Side, à l'intérieur du parc Riverside. Congelé margaritas, daiquiris et piña coladas se marient parfaitement avec des calamars frits ou un hot-dog à la new-yorkaise avec choucroute, ainsi que la légère brise de la rivière. Et tandis que tout l'espace est ouvert, un beau plafond en pierre voûtée offre une couverture contre les jours de pluie.

Posté par louisleteflon à 10:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 décembre 2021

La fin de Syriza

Mark Ames m'a envoyé un e-mail plus tôt ce mois-ci: il semble que vous devriez écrire un obit sur l'échec de Syriza, car vous êtes le seul à gauche à appeler son échec dès le début (et à prendre tellement de chaleur pour cela). »
Pour ceux d'entre vous qui débutent sur le site, nous avons publié de nombreux articles sur les négociations de sauvetage de la Grèce en 2015. Nous avons été les premiers et seuls à prévoir l'échec des négociations, comme ils l'ont fait. C'était une évaluation exceptionnellement impopulaire. Cela a offensé ceux qui admiraient le nouveau gouvernement dirigé par le charismatique Alex Tsipras de Syriza, qui a fait de l'économiste articulé et médiatique Yanis Varoufakis son ministre des Finances et négociateur en chef de facto, ainsi que des pragmatistes qui étaient convaincus que des têtes plus froides prévaudraient et certains sorte d'accord serait brisé.
Je n'aimais pas avoir raison à l'époque, et je ne prends aucun plaisir à assister à l'échec d'une fête et à un effort pour desserrer la chaîne d'étranglement d'austérité que la Grèce portait depuis si longtemps et à un coût si élevé pour ses citoyens. . Même si Syriza vit dans un état diminué, elle a depuis longtemps renoncé à être une force de justice sociale. Depuis Athènes, David Adler, membre de DiEM25, a souligné dans le Guardian:
Au cours des quatre années qui ont suivi la victoire de la Syrie en janvier 2015, Tsipras a tenté désespérément de se faire aimer de l'establishment qu'il s'était engagé à combattre. Il a protégé les anciens oligarques et a inauguré une génération de nouveaux. Il a mis en œuvre des mesures d'austérité si brutales que même le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble l'a accusé de faire porter le fardeau aux faibles ». Et il a apaisé les investisseurs internationaux avec de grandes promesses de petites taxes et de visas d'or….
En bref, Tspiras n'a pas simplement capitulé devant la troïka, ni troqué ses idéaux radicaux contre un réalisme intransigeant. Il a remodelé activement son gouvernement en tant que force de droite sur la scène mondiale.
Nous reviendrons sur la performance désolée de Syriza après les renflouements, mais il est frustrant de voir beaucoup, et d'après ce que je peux dire, la plupart des écrivains qui ont revu le sujet de l'échec de Syriza, dénaturent ce qui s'est passé en 2015.
Syriza avait déjà effectivement abandonné le jeu en février 2015, moins d'un mois après l'entrée en fonction de Tsipras. Le seul commentateur que j'ai vu qui a régulièrement reconnu que c'était alors Syriza-MP Costas Lapavitsas.1. Comme nous l'avons écrit le 19 février:
Les choses ne vont pas bien pour la Grèce. Il semble que Syriza ait largement capitulé face aux exigences de la Troïka. La Grèce a présenté une demande de prolongation de prêt que l'Eurogroupe examinera vendredi….
Cela signifie que la Grèce demande effectivement une prolongation du plan de sauvetage, ce qu'elle avait refusé de faire. Et cela signifie conserver la conditionnalité »comme dans les privatisations et les réformes structurelles écrasantes, intacte. La Grèce continue de lutter pour y conserver une certaine flexibilité, mais il n'est pas certain qu'elle obtiendra beaucoup. …
Mise à jour 8h00. Eh bien, c'était rapide et moche. Les Allemands jouent complètement non négociable, ce n'est pas une surprise. La Grèce doit se rendre complètement.
Observations générales
Il n'y a aucun moyen de mettre un joli visage sur ce document. Cela représente une énorme descente pour Syriza. Malgré de fortes promesses autrement, ils ont accepté de prendre des fonds de sauvetage, et le haut et la fin de la note de service confirment que le cadre de baillout est toujours opérationnel (soulignement le nôtre):
L'Eurogroupe prend acte, dans le cadre de l'accord existant, de la demande des autorités grecques de prolongation de l'accord-cadre de la facilité d'assistance financière (CFP), qui est étayé par un ensemble d'engagements. L'extension a pour objectif de mener à bien l'examen sur la base des conditions de l'accord actuel, en utilisant au mieux la flexibilité qui sera examinée conjointement avec les autorités grecques et les institutions…
Nous restons déterminés à fournir un soutien adéquat à la Grèce jusqu'à ce qu'elle ait recouvré le plein accès au marché tant qu'elle respecte ses engagements dans le cadre convenu.
Même les écrivains qui ont une opinion positive de ce que Syriza a accompli ne se font aucune illusion quant à la distance de Syriza par rapport à ses hautes promesses. Du blog de Paul Mason:
J'ai demandé au ministre néerlandais des Finances Jeoren Dijsselbloem lors de la conférence de presse: Que dites-vous au peuple grec, dont vous venez de saccager la démocratie. » Il a répondu qu'il ne pensait pas que c'était une question très objective. Nous devons accepter de différer.
Il y a aussi un libellé dans la note qui semble autoriser le retour des observateurs de la Troïka: dans ce contexte, les autorités grecques s'engagent à faire le meilleur usage de la fourniture continue d'assistance technique. » Le Financial Times le lit de la même manière:
Cela laisse également le FMI et les institutions de l'UE - la Banque centrale européenne et la Commission européenne - le contrôle de l'évaluation des mesures de réforme économique de la Grèce et du décaissement des fonds de sauvetage, malgré le vœu de M. Tsipras de débarrasser la Grèce de la troïka détestée "des contrôleurs du sauvetage.
Rappelez-vous, malgré ce qui précède, il est douteux que la Grèce aurait pu faire beaucoup mieux, en particulier à la lumière de la manière dont la BCE avait travaillé pour intensifier la gestion bancaire déjà en cours et encadré le gouvernement grec en ne lui donnant qu'une mince l'augmentation de l'ELA limite l'autorité de prêt d'urgence », qui a été conçue pour être utilisée uniquement pour l'aide à la liquidité à court terme, mais la BCE avait utilisé de manière continue pour empêcher le système bancaire grec de s'effondrer. Un contact m'a dit que le gouvernement grec aurait dû imposer des contrôles de capitaux pendant le week-end en l'absence d'un accord; le Financial Times a rapporté à peu près la même chose en déclarant que la Grèce était sur la bonne voie pour atteindre les limites de l'ELA mardi (le lendemain d'un long week-end de vacances). Et n'oublions pas que le gouvernement grec devrait également manquer de liquidités d'ici le 24 février.
Retour au message actuel. Selon le compte que vous croyez, Tsipras n'a pas du tout négocié le mémorandum ou a demandé qu'un seul mot soit changé.
Pour faire une histoire longue et triste, la Grèce a continué à chercher un moyen d'obtenir un certain soulagement de l'accord qu'elle avait signé. Tsipras ferait des remarques conciliantes lors de sa rencontre avec les dirigeants européens, mais les ramènerait à son retour à Athènes. Que ce soit par accident ou par dessein, la Grèce a agi comme si elle pouvait jouer une partie de poulet avec la Troïka, que si elle refusait de mener à bien le sauvetage, la Troïka clignerait des yeux et donnerait de meilleures conditions.
Mais le gouvernement grec n'avait aucune raison de croire cela. Il n'avait pas de mandat populaire pour quitter la zone euro et créer une nouvelle monnaie, ce qui n'était même pas possible à distance sur le plan opérationnel (voir notre première note de bas de page). Il n'était pas autosuffisant dans l'alimentation, l'essence ou les produits pharmaceutiques, ce qui signifiait qu'il ne pouvait pas se permettre d'être coupé des transactions internationales pendant très longtemps (ce qui serait un effet secondaire d'essayer de lancer une nouvelle monnaie sans même avoir à distance le pièces nécessaires en place). Et comme nous l'avons appris plus tard, le gouvernement Syriza n'avait pas de plan B. Enfin, comme nous l'avons souligné en mars, il n'avait pas non plus d'amis:
Une partie substantielle du commentariat du site a voulu croire que le défi du gouvernement grec à la volonté de la Troïka a été efficace, soit en soi, soit comme moyen de préparer le public grec et de gagner du temps avant un Grexit.
Comme nous l'avons fait valoir, la Grèce était presque certaine de ne pas l'emporter d'elle-même. Mais l'aide extérieure fait cruellement défaut. Alors que les États-Unis ont exprimé leur préoccupation dès le début, et ont plaidé le cas grec, que la nation avait besoin de réductions de dettes et de politiques favorables à la croissance, l'administration a rapidement abandonné ses efforts de lobbying. De même, la gauche européenne n'a pas abordé la cause grecque de manière significative ou cohérente.
En ce qui concerne l'idée que Syriza a prévu de quitter la zone euro, nous avons fait valoir que le ministre des Finances considérait depuis longtemps ce résultat comme un désastre absolu pour la Grèce et l'Europe. Et peut-être le plus important, les actions du gouvernement ne le confirment pas. Le premier ordre du jour aurait dû être d'imposer des contrôles des capitaux. Comme l'a souligné le lecteur Ishmael, vous déclarez faillite avant de manquer d'argent. Cette mesure aurait quelque peu réduit l'influence de la Troïka sur la Grèce et constituerait une étape absolument essentielle dans la préparation d'un Grexit. En outre, l'imposition de ces restrictions en réponse à des retraits aurait pu être considérée comme une mesure de protection nécessaire si elle avait été prise tôt. Agir maintenant ressemblerait à une mesure désespérée, soit un ultime effort pour protéger les banques ou un aveu que le risque de Grexit était élevé.
Une nouvelle histoire dans le Financial Times illustre ce que nous avons dit dès le début, que c'est la BCE qui tient le coup de fouet. C'est la BCE qui maintient le système bancaire grec en vie grâce au filet de sécurité de l'ELA et a également accru la pression sur le gouvernement grec en refusant d'autoriser les banques grecques à accroître leurs avoirs en dette publique grecque (une augmentation du plafond aurait permis Les banques grecques doivent acheter des obligations et des billets d'État nouvellement vendus, offrant ainsi au gouvernement un mécanisme de financement désespérément nécessaire)….
Comme l'a dit Mark Gilbert:
Le système bancaire grec comptait donc un peu plus de 140 milliards d'euros fin février. C'est une baisse de près de 15% depuis la fin novembre, ce qui suggère que des sacs de capitaux fuient le pays aussi vite que leurs petites jambes peuvent les porter. Et bien que l'extrapolation soit une science imparfaite, le fait de prendre la tendance de novembre et de la prolonger jusqu'à la fin de ce mois suggère qu'il pourrait ne rester que 133 milliards d'euros au rythme actuel des retraits, ce qui serait le plus bas depuis plus d'une décennie. .
Retour au message d'aujourd'hui. En mai, les choses ont commencé à empirer pour le gouvernement Syriza et pour la Grèce. Merkel avait porté un éclat personnel à Tsipras, ce qui avait peut-être amené trop de partis, en particulier en Grèce, à prendre espoir. Mais le ministre des Finances Wolfgang Schauble a toujours eu plus d'influence sur la législature et la presse que Merkel sur la Grèce. Même Merkel a commencé à prendre une ligne plus dure.
L'un des aspects les plus frustrants de la couverture conventionnelle des négociations de sauvetage a été la représentation du référendum de Syriza en juillet comme une manifestation démocratique héroïque que la Trokia a fait rouler. C'était en fait purement cynique. Le référendum de juillet était assorti de conditions de sauvetage qui avaient expiré le 30 juin. Ce serait comme organiser un deuxième référendum sur le Brexit une semaine après un crash sans accord. C'était une cruauté cruelle de Tsipras. Comme nous l'avons écrit:
Nous avons décrit en détail en quoi le référendum prévu en Grèce le dimanche 5 juillet prochain est un exercice cynique dans le théâtre de la démocratie. Le peuple grec est invité à voter sur un (projet) de proposition des prêteurs grecs pour débloquer 7,2 milliards d'euros de fonds, le dernière partie du soi-disant deuxième plan de sauvetage »convenu par le gouvernement grec en 2012. Tsipras savait au moment où il a annoncé le référendum que la proposition avait expiré le 30 juin; c'était la date finale connue et bien à l'avance pour que les conditions de sauvetage soient convenues si chacun des 18 pays de la zone euro en convenait. Nous avons dit que c'était une évidence qu'ils ne seraient pas d'accord; en Allemagne comme dans certains autres pays, cela nécessiterait l'approbation du Parlement pour répondre à la demande trop tardive de la Grèce, et il n'y avait aucune raison pour que l'un d'entre eux réduise la Grèce lorsque le gouvernement a amplement l'occasion de planifier le vote à temps, donc, en fait, cela éclairerait les actions du gouvernement.
Au lieu de cela, Tsipras a déjà pris la décision de manquer le paiement de 1,6 milliard d'euros du FMI dû le 30 juin et le paiement de 3,5 milliards d'euros de la BCE qui tombe le 20 juillet, tout en disant à tort aux citoyens grecs qu'ils ont leur mot à dire dans ce choix capital.
Les créanciers de la Grèce ont considéré l'arrêt des négociations et l'annonce du référendum le 26 juin comme un rejet du plan de sauvetage du 30 juin. Même si la BCE n'a pas retiré son soutien aux banques, la Grèce a imposé ce qui équivalait à un jour férié bancaire pour empêcher une accélération du mouvement bancaire au ralenti en cours. Surtout, les importateurs ne pouvaient plus acheminer les paiements de marchandises, sauf en transportant par camion ou en espèces à travers la frontière. Le poisson a pourri sur les quais en raison de pénuries d'essence. Les échecs des petites entreprises ont augmenté. Les pénuries alimentaires ont commencé à apparaître au niveau du gros au cours de la deuxième semaine après le jour férié. La Grèce a capitulé le 13 juin.
Le résultat a été que la Grèce s'est retrouvée dans une situation pire que si elle avait accepté les conditions antérieures de la Troïka. L'économie déjà affaiblie a subi des dommages considérables en juillet. Et avant de blâmer le méchant Troïka (et oui, ils étaient sauvages), continuons maintenant avec le projet de loi de David Adler sur Syriza dans The Guardian:
Il est communément admis que la transformation de Tsipras était prédestinée…
Mais rien n'était prédestiné à l'expulsion de familles en difficulté et à la saisie de leurs maisons. Rien n'était prédestiné à la vente aux enchères de vastes étendues de terre et de mer à des sociétés de combustibles fossiles comme ExxonMobil. Rien n'était prédestiné à la surpopulation sévère, à la violence sexuelle et à la pénurie de médecins, de médicaments, de nourriture et d'eau potable »dans les camps de migrants en Grèce. Et rien n'était prédestiné concernant la vente d'armes à Mohammed bin Salman, les sourires de soutien à Benjamin Netanyahu et l'achat d'avions de chasse à Donald Trump.
Maintenant, on peut dire, qu'est-ce que Syriza aurait pu faire différemment?
On peut dire qu'ils étaient les otages de leur propre RP. Ayant pris ses fonctions en promettant d'obtenir un réel soulagement de la part de la Troïka, il aurait été extrêmement difficile de digérer la froide réalité du protocole de sauvetage de février, selon lequel les prêteurs insistaient sur le fait que l'ancien cadre et les moniteurs du FMI détestés étaient toujours bien en place et que la Grèce ne disposait pas de l'effet de levier pour réprimer ses créanciers. Mais la réalité était que le public grec avait la meilleure mesure des chances de succès que Syriza. Ils savaient que c'était loin, mais ils voulaient désespérément une issue.
Il est possible que, même avec la troïka fixant des lignes strictes, de meilleurs négociateurs auraient fait une différence. Varoufakis est un économiste brillant, mais les économistes vont de l'avant en débattant leurs collègues, ce qui n'est pas une bonne approche pour gagner des contreparties. Mais supposer un Talleyrand »n'est pas une alternative réaliste.
Cependant, il y a au moins deux domaines dans lesquels Syriza a rendu un mauvais service au public. On ne va pas après les oligarques. La Grèce a un système fiscal fabuleusement cassé. La tricherie est endémique; les seules personnes qui sont près de payer ce qu'elles doivent sont probablement des fonctionnaires.
Le FMI et les prêteurs des États-nations ne savaient rien de l'incapacité de la Grèce à percevoir un niveau raisonnable de taxes.
L'un des arguments de vente potentiels de Syriza était qu'en tant qu'étrangers du système politique fabuleusement copain, ils pouvaient réprimer les intérêts acquis. C'était une grosse monnaie d'échange qu'ils avaient et n'ont pas utilisé. Écoutez, vous avez besoin de nous pour réformer le système fiscal. Mais nous ne pouvons pas le faire du jour au lendemain et nous ne pouvons certainement pas le faire sans embaucher plus de personnes et sans obtenir une certaine coopération du public. Nous avons besoin de temps et nous devons offrir des gains à court terme aux gens ordinaires, même s'ils sont petits. »
Une mesure qui aurait énormément renforcé la crédibilité de Syriza aurait été de réprimer les oligarques exposés. La cible la plus évidente serait celle qui détiendrait des licences de télévision et de radio. Ils auraient pu menacer de retirer leur licence en l'absence de rapports adéquats et de paiements d'impôts. Mais Syriza n'était pas disposée à le faire car elle estimait qu'elle avait besoin du soutien des médias pour rester au pouvoir.
Deuxièmement, les créanciers s'élevaient contre le système de retraite généreux de la Grèce. De Greek Reporter en 2014, citant le ministre du Travail de l'époque:
Dans le secteur public, 7,91% des retraités prennent leur retraite entre 26 et 50 ans, 23,64% entre 51 et 55 ans et 43,53% entre 56 et 61 ans. Dans l'IKA, 4,44% des retraités prennent leur retraite entre 26 et 50 ans, 12,83 ans % partent à la retraite entre 51 et 55 ans et 58,61% partent à la retraite entre 56 et 61 ans. Dans le même temps, dans les fonds dits sains, 91,6% des personnes partent à la retraite avant la limite nationale d'âge de la retraite », a déclaré Vroutsis.
Cela est resté dans la gorge des Allemands dont l'âge de la retraite est passé de 65 à 67 ans.
Cependant, la situation semble un peu différente lorsque vous comprenez que la Grèce a utilisé les pensions comme système de protection sociale à guichet unique. Comme l'économiste l'a souligné en 2010:
Enfin, comme dans de nombreux pays méditerranéens, toutes les dépenses sociales étaient orientées vers les retraites, essentiellement à des fins de vote. Des choses comme les allocations de chômage sont assez avares en Grèce, l'argent réel est toujours allé aux pensions, qui ont été utilisées comme substitut »à d'autres politiques de protection sociale.
Les créanciers proposent un filet de sécurité sociale et un programme de revenu minimum garanti, ainsi que l'embauche de 50 000 personnes pour les travaux sociaux. Maintenant, beaucoup de pixels ont été déversés sur les négociations Grèce / créanciers, beaucoup trop pour que je reste au-dessus de tous. Néanmoins, je ne me souviens pas avoir vu quelqu'un prendre note de cette section.
Maintenant, que se passerait-il si Syriza avait au début mis un point d'honneur à montrer que ses dépenses sociales dans l'ensemble n'étaient pas hors de prix, même par rapport aux normes des pays européens les plus pauvres, mais qu'elles étaient mal structurées et qu'elles avaient besoin de temps pour évoluer vers un système moderne avec des pensions moins généreuses et une bonne assurance invalidité et chômage? Cela aurait coupé le vent de ces Grecs qui ont des pensions inexcusablement généreuses et ils se battent pour les garder! » Et rappelons que les réformes des retraites »ont été l'un des domaines sur lesquels les pourparlers ont échoué.

Posté par louisleteflon à 08:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2021

Survoler les paysages en hélicoptère

Certaines expériences en hélicoptère sont supérieures à d'autres. La capacité de voyager plus que certains des paysages les plus pittoresques est certainement un émerveillement. Dernièrement, nous avons eu l'occasion de parcourir le parc national Denali en Alaska, ce qui a été une expérience merveilleuse. Denali National Recreation Area and Preserve, vaste zone ayant une atmosphère entièrement naturelle intacte de toundra alpine et de forêts boréales (taïga) dans le centre-sud de l'Alaska, États-Unis. Elle se situe à peu près à égale distance de Fairbanks vers le nord-est et d'Anchorage au sud-sud-est et est à quelque 200 kilomètres (320 km) au sud du cercle polaire arctique, dans la zone climatique subarctique. Le parc et la protection ont été créés en 1980, englobant l'ancien parc national du mont McKinley (1917) ainsi que 16 405 milles carrés supplémentaires (16 590 km²). En 1976, elle avait été désignée par l'UNESCO comme une cale de biosphère. Le parc a une section de 7 408 kilomètres carrés (19 187 km carrés). La protection offre 2 085 milles carrés supplémentaires (5 400 km²) et jouxte le parc en deux modèles, l'un au nord-ouest et l'autre au sud-ouest ; en outre, Denali Condition Park borde la zone de loisirs nationale au sud-est. Le siège social du parc national se trouve à l'entrée du parc, dans le coin nord-est. Une station de gardes forestiers à Talkeetna, à 100 kilomètres (160 km) au sud de l'entrée, gère les activités d'alpinisme dans la zone de loisirs. Il y a plus d'un siècle, deux gars remarquables ont investi l'hiver dans une cabane non loin du ruisseau Toklat. Leur expérience et leur connexion avec le paysage sauvage les ont changés. Par conséquent, ils ont eu un impact puissant sur la conservation du paysage pour les générations futures. Charles Sheldon, un des premiers écologistes et chasseurs de gentleman du Vermont, ainsi que Harry Karstens, un légendaire amateur de plein air et musher canin, ont eu l'idée au cours de la longue saison hivernale de créer le premier parc national au monde reconnu pour sauver la faune. En 1917, après près de dix ans de dur labeur, Sheldon ainsi que d'autres convainquirent le Congrès de créer l'aire de loisirs nationale Install McKinley. Quatre ans plus tard, en 1921, Karstens a été embauché en tant que premier surintendant. Les choppers présentent une excellente présence tout autour, en raison de l'abondance de verre dans le cockpit. Même si vous avez le siège central, vous aurez droit à de superbes vues. Vous aurez la possibilité de regarder de face, sur les côtés, plus bas en dessous de vous et même précédemment mentionné votre esprit pour les panoramas pendant que vous voyagez. Donc voler plus que le parc national de Denali a été incroyable. La zone de loisirs et la réserve englobent le cœur du massif accidenté de l'Alaska et une grande partie des collines réduites et des plaines d'épandage au nord des sommets des montagnes. Au centre du parc se trouve Denali, le maximum le plus haut d'Amérique du Nord. Denali (« L'Excellent » ou « Le Supérieur ») est certainement le terme autochtone historique de l'Athabaskan pour désigner la montagne. Le pic a longtemps été connu sous le nom d'Install McKinley, pour You.S. Le chef William McKinley, mais son nom initial a été restauré en 2015. Les autres points forts du parc sont les grands glaciers de la chaîne de l'Alaska, Install Foraker - ayant une hauteur de 17 400 pieds (5 304 mètres) - et d'autres sommets du réseau qui dépassent les niveaux. de dix mille pieds (3 050 mètres), la région de la rivière Savage à l'ouest du siège du parc, ainsi que l'environnement parfait de la région. La hauteur officielle de Denali de 20 310 pieds (6 190 mètres) a été établie par l'étude géologique des États-Unis en septembre 2015 après une remesure prudente de l'élévation de la montagne effectuée plus tôt cette année-là. Il a remplacé le besoin de 20 320 pieds (6 194 mètres) qui était la hauteur officielle depuis le début des années 1950. Avant 2015, d'autres tentatives avaient été conçues pour examiner l'élévation de la montagne. Une étude particulière, réalisée en 2010, avait utilisé des technologies radar sophistiquées. Le résultat de cette mesure, 20 237 pieds (6 168 mètres), a été rendu public en septembre 2013, mais il a ensuite été déterminé qu'il était incorrect. Les saisons d'hiver sont longues et extrêmement froides, durent généralement de fin septembre à avril. Les températures pendant les mois les plus froids peuvent rester inférieures à -18 °C (°F) pendant de longues périodes et peuvent descendre à -40 °F (-40 °C). ) ou plus froid pendant la nuit. Les étés sont courts (retardés de mai à début septembre) et funky, avec des températures plus élevées en moyenne d'environ 24 °C (75 °F) les jours les plus chauds. Les chutes de neige peuvent tomber n'importe quel mois. En hiver, les accumulations de neige sont les plus importantes autour de la partie sud de la chaîne de l'Alaska. Les plages de température diminuent avec l'altitude et les plages de chaleur diurne peuvent être extrêmes, en particulier en hiver. Les hélicoptères surmontent les turbulences grâce à leur corps élégant et leurs pales polyvalentes, vol en hélicoptère ce qui signifie que les passagers ne ressentiront vraiment rien ! Si les turbulences sont sérieuses, nous ne volons tout simplement pas. C'est censé être un vol aérien panoramique agréable, en fin de compte ! Si vous le pouvez, faites ce vol en hélicoptère ou tout autre à côté de chez vous.

helico5 (3)

Posté par louisleteflon à 11:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]